La Tribune


Master Droit social et gestion des ressources humaines : l’université offre la double compétence professionnelle. Ce Master 2 permet aux étudiants d’acquérir une double compétence en droit social et gestion des ressources humaines», explique Nicolas Moizard, maître de conférence à l’université d’Orléans en charge de la formation et juriste spécialisé dans le droit du travail, «cela leur assure évolution et adaptabilité».
A l’issue de ce Master, les étudiants peuvent prétendre à un poste de juristes du droit social des entreprises, devenir avocat, inspecteur du travail mais aussi gérer les ressources humaines et la négociation collective. Particularité de cette deuxième année de Master : la formation est en apprentissage mais est également ouverte à la formation continue. Une trentaine d’apprentis intègre le master chaque année. Leur temps est partagé entre la faculté et l’entreprise. L’enseignement est dispensé essentiellement par des professionnels. Cela va des cours et séminaires en droit social en passant par l’élaboration d’un plan de sauvegarde de l’emploi mais la formation comporte aussi des cours de théâtre avec un metteur en scène afin de gérer la prise de parole en public. Pour préparer les apprentis au monde du travail, un projet collectif est également demandé par groupe (site Internet…). «L’apprentissage est un vrai avantage pour l’étudiant car l’employeur doit lui verser au minimum 60% du SMIC, il a un statut et cotise pour la retraite. Il est véritablement intégré à un service dans une entreprise!», commente Nicolas Moizard. Cette année de master est aussi un tremplin vers l’emploi. «C’est une année de recherche. Nos cours sont concrets car nous avons en face de nous des étudiants exigeants.»A l’issue de la formation, «La majorité des apprentis décroche un contrat à durée déterminée, le reste est en contrat à durée indéterminée. Nous avons également des étudiants qui passent le concours d’avocat et quelques uns poursuivent une thèse en recherche appliquée. Très peu font un autre master, la plupart souhaite intégrer l’entreprise.» La sélection de ce master 2 se fait sur dossier et entretien en collaboration avec des membres de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH). Les apprentis organisent dans le cadre de leur cursus, chaque année, une conférence sur l’actualité avec cette association. «Nous recevions 350 dossiers de candidatures, il y a deux ans. Actuellement, nous en avons moitié moins car nous demandons un travail en plus afin de pouvoir juger la motivation des candidats», témoigne Nicolas Moizard. Les candidatures viennent de toute la France comme les entreprises accueillant les apprentis. En lien direct avec le monde de l’entreprise, le Master 2 n’a pas de peine à attirer les candidats ni à obtenir des contrats d’apprentissage. C’est la rançon du succès et la preuve que l’université propose des formations professionnalisantes permettant d’accéder à l’emploi. A l’avenir, Nicolas Moizard espère que l’apprentissage sera étendu à la première année du Master.